Tanitnews

"Le FMI tire la sonnette d'alarme : "une " tempête économique " est proche


DUBAI, 10 février (Reuters) - Les pays exportateurs de pétrole ne se sont pas encore totalement remis du spectaculaire choc pétrolier de 2014, a déclaré samedi la directrice du Fonds monétaire international (FMI), et doivent donc se garder de financer des projets trop ambitieux.

D'après Christine Lagarde, "avec la baisse des recettes, les déficits publics ne diminuent que très lentement, en dépit des réformes significatives à la fois sur la partie dépenses et la partie recettes, qui inclut notamment l'introduction de la TVA", conduisant ainsi à une forte hausse de la dette publique, "de 13 % du PIB en 2013 à 33 % en 2018", a-t-elle indiqué.

Il reste cependant au Moyen-Orient, où "le court-termisme et le déficit de crédibilité" constituent des points faibles, une marge pour améliorer les structures budgétaires, a-t-elle ajouté. Elle préconise à la place de suivre l'exemple de pays riches en ressources naturelles comme le Chili ou la Norvège.

Deux trams se percutent, plusieurs blessés — Issy-les-Moulineaux
Pour mardi, elle prévoit un "trafic normal entre Beson et Saint-Cloud", avec un "renfort de bus pour la partie endommagée". Une rame aurait percuté une autre à l'arrêt et déraillé à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine.

La croissance économique mondiale est "plus lente que prévu". Le mois dernier, l'institution de Washington abaissait déjà la prévision de croissance mondiale à 3,5%, soit 0,2 point de moins. Evoquant ce qu'elle a appelé les " quatre nuages " qui planent sur cette économie, elle a souligné qu'une " tempête " pourrait la frapper si l'on y prend garde. Outre les tensions commerciales entre les deux grandes puissances, Christine Lagarde a dit que l'économie mondiale subissait également les effets du resserrement des taux d'emprunt, des incertitudes liées au Brexit et d'un ralentissement de l'économie chinoise.

Le premier de ces obstacles, c'est le regain des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. " Quand il y a trop de nuages, il faut un éclair pour déclencher la tempête ", a poursuivi Christine Lagarde qui a appelé les gouvernements à s'y préparer et à éviter le protectionnisme. Deuxième "nuage ": le resserrement des taux d'emprunt, alors que les États et les ménages sont fortement endettés.

Articles Liés

Commentaires