Tanitnews

Un nouveau "shutdown" devrait être évité — Etats-Unis


"Je ne pense pas que nous allions avoir un "shutdown" ", a affirmé le président à la Maison-Blanche.

WASHINGTON - Les négociateurs au Congrès américain ont annoncé lundi soir un accord visant à empêcher une nouvelle paralysie partielle du gouvernement fédéral et à financer la construction de nouvelles barrières le long de la frontière américano-mexicaine.

Il prévoit 1,3 milliard de dollars notamment pour construire environ 90 km de nouvelles barrières à la frontière avec le Mexique afin de lutter contre l'immigration clandestine.

Face à un Congrès divisé entre démocrates et républicains, toute loi budgétaire devra faire l'objet d'un compromis.

"Sachez-le, nous allons de toute façon construire un mur", a-t-il ajouté.

Après 35 jours de blocage, un record dans l'histoire des Etats-Unis, Donald Trump avait finalement cédé fin janvier, signant une loi budgétaire permettant de payer les salaires de quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux.

Un projet de loi de financement temporaire expirera vendredi.

Carlos Ghosn : son principal avocat annonce sa démission
Motonari Otsura, qui défendait l'ancien PDG de Renault au Japon , n'a pas expliqué pourquoi il avait décidé de démissionner. Aucune raison n'a été avancée pour expliquer ce départ.

Le quadragénaire, qui a promis de se prononcer sur ses éventuelles ambitions présidentielles d'ici la fin du mois de février, avait appelé à ce meeting pour répondre "aux mensonges et à la haine par la vérité et une vision ambitieuse et positive pour l'avenir".

Le président doit tenir lundi un meeting de campagne à El Paso (Texas), près de la frontière mexicaine, où une manifestation anti-mur est également prévue dans le même temps. "Le président " condamne tous les actes de violence contre tout individu ou groupe de personnes, y compris les membres de la presse", a réagi la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders".

"M. Trump s'est rendu lundi soir à El Paso, au Texas, pour un rassemblement consacré à l'immigration et aux questions frontalières".

Interrogé sur Fox News, il a cependant eu des mots conciliants pour Donald Trump, qui laissent présager que la voie de sortie apparemment choisie par le président pourrait fonctionner. "Peut-être que des progrès ont été accomplis, peut-être que non", a-t-il dit.

Reste que le mystère demeure sur les hypothétiques financements additionnels évoqués par le milliardaire républicain.

Son nouveau chef de cabinet par intérim, Mick Mulvaney, a par ailleurs brandi la menace d'un recours à une procédure d'urgence exceptionnelle pour débloquer les fonds nécessaires à la construction du mur.

Mais alors qu'une telle manoeuvre ne manquerait pas de déclencher une féroce bataille politico-judiciaire, Donald Trump s'est gardé jusque-là de franchir le pas.

Articles Liés

Commentaires