Tanitnews

La Commission européenne maintient la Tunisie sur sa liste noire — Blanchiment d'argent


Une source gouvernementale a indiqué que l'Union Européenne s'aligne toujours sur la liste du GAFI et que même si elle a favorablement accueilli le dossier tunisien relatif aux mesures et aux dispositions prises pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, il faudra attendre la prochain réunion du GAFI qui se tiendra fin juin 2019 qui décidera du maintien ou de la sortie de la Tunisie de cette liste noire selon l'évaluation de l'efficience des mesures et de l'action qu'elle aura entreprises.

Rappelons que dans le rapport de blanchiment des capitaux publié en décembre 2014 par la Commission européenne, Haïti était figuré parmi les 10 pays de l'Amérique latine et des Caraïbes où le niveau de cette pratique était des plus élevés.

"L'objectif de cette liste est de protéger le système financier de l'UE en prévenant plus efficacement le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme".

" "Des ours polaires " envahissent " des villes pour se nourrir
Situé dans l'arctique, entre les mers de Barents et de Kara, cet archipel où vivent moins de 3 000 habitants doit faire face à une invasion d'ours polaires.

Selon, cette commission, les 23 pays en question ont une incidence systémique sur l'intégrité du système financier de l'Union européenne (UE), sont considérés par le Fonds monétaire international (FMI) comme des centres financiers offshore internationaux et ont une pertinence économique pour l'UE et des liens économiques solides avec cette dernière. "L'argent sale est le moteur de la criminalité organisée et du terrorisme ".

La Commission européenne vient de mettre à jour la liste de pays tiers dont les dispositifs de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont insuffisants. J'invite les pays figurant sur la liste à remédier rapidement à leurs carences. " La liste permet aux pays concernés de mieux cerner les domaines à améliorer afin d'ouvrir la voie à un éventuel retrait de la liste une fois les carences stratégiques éliminées".

La Commission suivra les progrès accomplis par les pays figurant sur la liste, continuera à suivre les pays faisant l'objet d'un examen et commencera à évaluer des pays supplémentaires, conformément à sa méthode publiée. Elle s'emploiera également à améliorer sa méthode au besoin, à l'aune de l'expérience acquise, en vue de garantir une identification effective des pays tiers à haut risque ainsi que le suivi nécessaire, affirme enfin le communiqué de la Commission européenne. Les nouveaux pays ciblés, avec parmi eux l'Arabie saoudite et le Panama, s'ajoutent aux 16 qui figuraient déjà sur ce registre, comme l'Iran, l'Irak, le Pakistan ou encore l'Ethiopie et la Corée du Nord.

Articles Liés

Commentaires