Tanitnews

Le "boxeur" de gendarmes prend un an ferme


Christophe Dettinger, le fameux boxeur gilet jaune qui avait sévi début janvier à Paris, a écopé mercredi d'un an de prison ferme plus 18 mois avec sursis, une peine aménageable en semi-liberté (explique Le Dauphiné). Il comparaissait pour avoir frappé deux gendarmes mobiles lors de la manifestation des "gilets jaunes" du 5 janvier à Paris et encourait sept ans pour "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique".

C'est une victoire pour lui et sa famille, puisque le procureur de la République avait requis deux ans ferme avec maintien en détention, plus un an avec sursis et mise à l'épreuve.

"Ces scènes sont d'une violence inouïe et doivent être sanctionnées", avait de son côté déclaré le représentant du ministère public. Le tribunal a assorti sa peine d'une interdiction de séjour à Paris pendant six mois. "J'ai voulu empêcher une injustice et j'en ai créé une autre", a-t-il indiqué un peu avant regrettant une "erreur".

Des échanges directs, souvent bruts et abrupts: Edouard Philippe s'est retrouvé sur la défensive mercredi soir lors d'un débat rude et "intense" sur le plateau d'LCI et RTL face à dix Français, dont la "gilet jaune" Ingrid Levavasseur. "Tout est allé très, très vite", répond-il. Cette dernière, petit gabarit et cheveux fuschia, viendra à la barre confirmer qu'elle a "pris des coups". "Matraquage matraquage, matraquage. Je vois une dame au sol, une matraque levée, là c'est parti, j'interviens, là, sur ce gendarme", a-t-il déclaré depuis le box. "Je me suis mise en boule. Ben oui, j'ai un dentier à 37 ans", dit-elle, relevant la tête vers la présidente. "Oui, madame le président". "Cela faisait huit manifs qu'il n'y avait pas de règles", a rétorqué le prévenu. Pourquoi les choses dégénèrent sur cette passerelle surplombant la Seine en marge de l'acte 8 de la contestation sociale?

L'acteur et producteur Didier Pain est décédé
C'était un de ces rois du second rôle dont on connaît le visage mais pas toujours le nom. Il avait notamment produit ses films " Elisa " et " Un amour de sorcière ".

A la barre, l'un des gendarmes frappés explique qu'il avait été positionné sur le premier tiers de la passerelle et non au bord pour éviter de devoir utiliser des troupes pour garder un escalier qui menait à la passerelle.

Paradoxe, Christophe Dettinger, fonctionnaire municipal, marié et père de trois enfants, dont l'employeur, la commune d'Arpajon (Essonne), a suspendu le traitement, avait fait une demande pour entrer dans la réserve de la gendarmerie.

Le "boxeur" a répété qu'il n'était pas un "sale gitan, un casseur de flic".

Articles Liés

Commentaires