Tanitnews

Action de groupe contre Free Mobile sur la location de smartphones


La location de smartphone est en cause. En effet, des clients de l'opérateur, qui avaient eu recours à son service de location de mobile, ont eu la mauvaise surprise de constater ces prélèvements sur leur compte bancaire alors qu'ils avaient correctement retourné leur téléphone.

Dans le détail, l'association de consommateurs accuse l'opérateur de téléphonie mobile d'avoir facturé des frais illégaux à ses abonnés lors de la restitution du portable.

Free mobile n'en a pas fini avec son service de location de téléphone. L'organisme de défense des consommateurs propose d'ailleurs un formulaire en ligne pour les clients désirant se joindre à l'action de groupe.

La pilule passe mal du côté de Free Mobile qui a répondu à UFC-Que Choisir. Un préjudice de "quelques centaines d'euros", qui ne semble donc pas inquiéter l'opérateur, convaincu que cette action groupée relève davantage d'une opération de communication de la part de l'UFC Que choisir.

Des usagers privés de Facebook et Instagram suite à une panne
Le géant social ne connait pour l'heure pas l'origine du problème technique, et la situation n'est toujours pas maîtrisée. Il est donc impossible, pour la très grande majorité de leurs utilisateurs, de pouvoir partager quoi que ce soit.

Face aux contestations des clients, Free a décidé de faire l'autruche. Après avoir fait mettre en demeure l'opérateur sur les conditions tarifaires de l'abonnement Freebox Delta, l'association de consommateurs s'en prend cette fois aux conditions de retour des smartphones proposés à la location.

L'opérateur estime que l'association de consommateurs cherche " avant tout l'opportunité de faire une nouvelle procédure afin de faire sa propre communication, plutôt que de s'occuper des vrais problèmes des Français ".

Concernant les frais de restitution, l'opérateur explique: " la facturation de la pénalité de non-restitution est appliquée lorsque les terminaux sont restitués en mauvais état de fonctionnement.

L'affaire est désormais entre les mains du tribunal de grande instance de Paris.

Articles Liés

Commentaires