Tanitnews

Les députés britanniques rejettent une sortie sans accord — Brexit


Le scenario d'un "hard Brexit" semble donc se rapprocher, même si tout n'est pas perdu pour Theresa May.

Simon Coveney, le ministre irlandais des Affaires étrangères, a qualifié le vote de "lourde défaite".

Alors que la situation ne s'arrange pas entre le Royaume Uni et l'Union Européenne -comme expliqué dans la vidéo ci-dessus-, il est temps de s'interroger sur l'avenir.

L'accord avec Bruxelles "est mort", a estimé mardi soir le chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn. Organiser un deuxième référendum? Dans son intervention devant les parlementaires cet après-midi, le Lord Chancellor Philip Hammond exprimait ainsi sa volonté de parvenir à un consensus sur "un" accord de sortie, ce qui laissait entendre qu'il pourrait soutenir une proposition alternative à celle de Theresa May.

Cette fois, il s'agira, pour les députés britanniques, de se prononcer sur un report du Brexit.

Déterminée à défendre ce texte jusqu'au bout, la dirigeante avait mis en garde les députés contre les conséquences d'un rejet. Mais, a-t-il ajouté, "le risque juridique reste inchangé". "L'accord a ainsi été assorti d'une " déclaration conjointe ", ainsi que d'un instrument contraignant sur l'usage du " filet de sécurité " ou " backstop " visant à éviter le retour d'une frontière physique en Irlande du Nord.

Calendrier vaccinal 2019 : nouveau vaccin, nouvelles obligations
Le vaccin contre le papillomavirus , qui se transmet lors de rapports sexuels, doit désormais être effectué avec le Gardasil 9 . Le calendrier vaccinal est mis au point par le ministère de la Santé après consultation de la Haute autorité de santé.

Les "Brexiters" craignent en effet de rester indéfiniment "piégés" dans une union avec l'Union européenne car le "filet de sécurité" implique un alignement étroit de tout le Royaume-Uni sur les règles commerciales européennes en attendant la conclusion d'un accord sur les futures relations. "C'est merveilleux, c'est un pas de plus vers un maintien dans l'UE", a déclaré à l'AFP Nina Hawl, 82 ans.

L'énième vote crucial sur le Brexit, ce mercredi soir, a donné lieu à des sommets de situations ubuesques, pour ne pas dire absurdes.

Mercredi, un groupe de députés devrait proposer un plan alternatif prévoyant de repousser le Brexit jusqu'au 22 mai, avec une série d'accords provisoires avec l'UE jusqu'en 2021.

Ce vote a "significativement accentué" mardi soir le risque d'un Brexit sans accord, a regretté le porte-parole du président du Conseil européen, Donald Tusk."Nous regrettons l'issue du vote de ce soir", a réagi le porte-parole aussitôt connue la victoire des partisans d'un rejet de l'accord de retrait. Ce ne peut être pour renégocier un accord que nous avons négocié durant de nombreux mois et dont nous avons dit qu'il n'était pas renégociable.

Jusqu'ici, la plupart des responsables européens se contentaient d'affirmer qu'il n'y avait pas de meilleur accord possible, voir, comme l'a fait le président de la Commission Jean-Claude Juncker, qu'il n'y aurait pas de troisième chance.

"S'il devait y avoir une demande motivée pour une extension, les 27 de l'UE seraient prêts à la considérer", a déclaré la porte-parole, Mina Andreeva. Et si un report de longue durée devait être demandé, supérieur à quelques semaines, "il faudrait qu'il y ait une vraie justification comme l'organisation d'élections, d'un référendum ou un changement de la position britannique", ajoute-t-il.

Articles Liés

Commentaires