Tanitnews

L'avocate Nasrin Sotoudeh lourdement condamnée — Iran


L'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, célèbre militante des droits de l'Homme emprisonnée à Téhéran, a été condamnée à sept ans de prison par la justice iranienne, a rapporté ce lundi l'agence de presse semi-officielle Isna.

Il a précisé que son épouse était poursuivie pour sept chefs d'accusation et qu'elle a été condamnée au total à 33 années de prison. Mais d'après M. Khandan, "seule la peine [d'emprisonnement] la plus longue s'applique", en l'occurrence celle pour "incitation à la débauche". Son mari Reza Khandan, qui a confirmé la sentence mardi, a précisé qu'elle avait été condamnée pour "incitation à la débauche ".

La militante avait appris après son emprisonnement en juin 2018 qu'elle avait été condamnée à cinq ans de prison pour espionnage, selon un de ses avocats.

La cour "a tenu une audience pour ce procès à laquelle ma cliente n'était pas présente et nous avons finalement compris que la cour l'avait condamnée par contumace", a déclaré Mahmoud Behzadi-Rad, l'un des avocats de Nasrin Sotoudeh, selon l'Isna.

Les 148 coups de fouet lui seront infligés parce qu'elle s'était présentée une première fois devant le tribunal sans le voile islamique obligatoire pour les femmes dans l'espace public.

3000 terroristes ont fait "reddition" aux Forces démocratiques — Syrie
Bali. "La nuit, les avions de la coalition visent tout mouvement, et en conséquence, les capitulations ont lieu le matin". Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 360.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.

L'affaire en cours inclut selon son époux des poursuites pour "conspiration " et "propagande contre le système " politique de la République islamique, appartenance à une organisation de défense des droits humains interdite, participation à une campagne pour l'abolition progressive de la peine de mort en Iran ou encore "atteinte à l'ordre public ". "Cinq ans de prison pour conspiration contre le système et deux ans pour avoir insulté le guide" suprême Ali Khamenei, a déclaré le juge à la tête de la 28ème chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran.

Son action en faveur des droits humains a été récompensée en 2012 par le Prix Sakharov décerné par le Parlement européen.

"Le rapporteur spécial sur la situation des droits de la personne en Iran, Javaid Rehman, a fait état mardi d'une " inquiétude grandissante " sur le fait que " l'espace civil pour les avocats et défenseurs des droits de la personne est en train d'être réduit ". Il a appelé le gouvernement iranien à "relâcher immédiatement tous les avocats emprisonnés pour avoir exercé leur métier de façon pacifique". Amnesty International s'est indigné de cette condamnation, "la plus sévère [que l'ONG] ait rapportée à un défenseur des droits humains en Iran ces dernières années", évoquant " l'injustice scandaleuse de sa peine". À travers un communiqué, la France a appelé l'Iran à "respecter ses engagements internationaux" en matière de "liberté d'opinion, d'expression et du droit de chacun à un procès équitable".

L'an dernier, Nasrin Sotoudeh a défendu plusieurs femmes qui se sont montrées en public sans foulard, malgré l'obligation en vigueur depuis la révolution islamique de 1979, selon le Centre pour les droits de l'homme en Iran, dont le siège se trouve à New York.

Articles Liés

Commentaires