Tanitnews

Gilets jaunes : une femme et son bébé sauvés d'un incendie à Paris


En milieu d'après-midi, une centaine de personnes avaient été interpellées, selon un bilan communiqué par la préfecture. "Une femme et son bébé étaient coincés au deuxième étage", ont indiqué les pompiers à l'AFP.

Les forces de l'ordre, qui se maintenaient à distance, ont ensuite répliqué avec des tirs de gaz lacrymogènes qui ont saturé le bas de l'avenue d'un brouillard épais, pour tenter de disperser les manifestants.

Le sinistre, qui s'est produit en marge de l'acte 18 de la mobilisation des Gilets jaunes, a fait 11 blessés légers.

Puis, il a finalement pris la décision d'écourter son week-end au ski et s'est rendu en fin de soirée dans la cellule de crise du ministère de l'Intérieur, afin de faire le point sur ces nouvelles scènes de violences qui rappellent de précédents épisodes du mouvement social.

Pour l'acte 18 des Gilets jaunes, la manifestation à Paris a été marquée par un regain de violence.

"Il y a un certain nombre de gens qui ne sont venus que pour casser", a déploré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, selon lequel quelque 1.500 militants "ultra-violents" se sont infiltrés parmi les quelque 10.000 manifestants recensés à Paris.

"On est un peu perdu, on ne sait plus qui manifeste pour quoi" a avoué Elixene, une étudiante de 19 ans, qui ne savait plus si elle devait continuer à brandir sa pancarte "Sauve ta planète, en diminuant ton steak". Considéré par beaucoup comme le symbole présidentiel, le Fouquet's a accueilli Nicolas Sarkozy en 2007, suite à sa victoire, ainsi qu'Emmanuel Macron plus récemment. Et 30 personnes placées en garde à vue, a annoncé le parquet de Paris.

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a condamné "avec la plus grande fermeté" ces "insupportables exactions", tandis que François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains aux Européennes, appelait à "mettre fin à l'impuissance de l'Etat".

Violences à Paris Macron veut des décisions fortes complémentaires pour que cela n’advienne plus
Emmanuel Macron a interrompu son séjour à la montagne. AFP

Les images du quartier très touristique des Champs-Elysées vandalisé par des émeutiers, et celles de l'attaque de l'Arc de Triomphe avaient fait le tour du monde.

Eric Drouet, l'une des figures du mouvement, avait invité dans une vidéo les sympathisants à converger vers la capitale.

Sur les réseaux sociaux, un même objectif était affiché: "Faire le siège de l'Elysée".

Quelque 5.000 membres des forces de l'ordre et six blindés de la gendarmerie avaient été déployés dans la capitale.

"Le grand débat, c'est une mascarade", a estimé Jean-François Bernard, l'un des manifestants parisiens.

Lui aussi perdu dans le groupe de plusieurs milliers de manifestants, Franck, 15 ans, s'est dit au moins sûr d'une chose: "Tout ça, ça veut bien dire que la France est en révolte". A Paris le député insoumis de la Somme François Ruffin a plaidé pour une "jonction" entre "gilets jaunes" et défenseurs de l'environnement.

Au total, 32.300 personnes se sont mobilisées dans toute la France selon l'Intérieur, mais 230.766 selon le décompte des gilets jaunes posté sur Facebook.

Huawei compte lancer un smartphone pliable à 1000 €
Il prévoit un prix de vente sous la barre des 1000 euros d'ici un à deux ans, et à terme se positionner autour des 500 euros. Il affirme que le prix des smartphones pliables de la marque devrait drastiquement baisser dans les années à venir.

Articles Liés

Commentaires