Tanitnews

Les agents des Finances publiques, inquiets des projets de réformes, manifestent — Dordogne


Premier pas, ils ont reçu, ce mercredi soir, à la veille de cette journée de mobilisation, " une convocation pour le 26 mars " pour rencontrer le ministre, a indiqué Anne Guyot-Welke, responsable de Solidaires Finances publiques.

De son côté, la direction générale des finances publiques (DGFiP) a fait état auprès de l'AFP d'un taux de grévistes de 27,32%.

Les agents des Finances publiques, soutenues par l'intersyndicale Solidaires CGT-FO et CFDT, ont entamé ce mardi matin leur 7è semaine de mobilisation à la direction régionale 34 rue des Lois à Toulouse.

300 personnes, selon la police, 700 selon les organisateurs - est parti du centre des impôts, fermé, jusqu'à la mairie.

La direction générale des finances publiques (DGFiP), qui a perdu "25.000 (emplois) en dix ans", devrait faire l'objet de nouvelles suppressions de postes, tandis qu'une réorganisation des implantations de proximité est en projet. "Les chiffres qui circulent laissent entrevoir la disparition de 30 000 emplois dans les trois à cinq ans à venir ", déplorent les syndicats.

"Les contribuables font la queue à l'accueil, ils ont du mal à nous joindre au téléphone parce qu'on n'est pas assez nombreux".

"Koh-Lanta" : Denis Brogniart explique son étonnante perte de poids
Rien d'étonnant alors à ce que certains se soient inquiétés pour l'animateur en le découvrant très amaigri à l'écran. Cela n'a pas échappé, vendredi soir, aux télespectateurs.

Derrière une banderole proclamant "Faire toujours plus avec moins, on en a marre", plusieurs centaines d'agents ont manifesté à Toulouse. "C'est plus facile de supprimer des postes dans les Finances publiques que dans les hôpitaux ou les écoles, mais cette casse est passée du mode artisanal au mode industriel ", a expliqué Raphaël Gutierrez, contrôleur des finances de 50 ans.

Partout, les agents dénoncent une "surcharge de travail", et "la souffrance" qui va avec.

À midi, une rencontre audio était organisée avec Sylvie Guillouet, sans pour autant répondre aux attentes des agents: "Elle a tenu le même discours langue de bois que le ministre Gérald Darmanin", a regretté Maryline Villegas, cosecrétaire départementale CGT.

Fusion des services des impôts aux particuliers (SIP) et de ceux aux entreprises (SIE), fermeture de trésoreries, privatisation de missions. Ils retenaient notamment dans les locaux la déléguée du directeur général, chargée de piloter la restructuration en cours dans la région, selon Philippe Laget (CGT).

Dans le Bas-Rhin, "une dizaine de sites" étaient fermés, selon Christine Helstroffer (Solidaires), et "une cinquantaine" d'agents se sont rassemblés à Strasbourg.

Les syndicats, qui fustigent "l'absence de dialogue social réel" au ministère, seront reçus le 26 mars par M. Darmanin.

Articles Liés

Commentaires