Tanitnews

Donald Trump aimerait organiser un troisième sommet avec Kim Jong Un


"Si c'est le cas, Kim sera celui qui représentera officiellement Pyongyang en Corée du Nord et à l'étranger".

Pourtant, Kim III n'a pas critiqué directement les Etats-Unis, ni mentionné son programme nucléaire.

KCNA a également annoncé que Kim Jong Un avait été réélu comme attendu aux fonctions de président de la Commission des affaires d'Etat. "La transition et la consolidation du régime de Kim Jong-un est désormais terminée", observe Michael Madden du Stimson Center, un cercle de réflexion basé à Washington.

Pour Cheong Seong-chang, analyste à l'Institut Sejong, il est difficile pour le dirigeant nord-coréen d'initier une nouvelle direction stratégique tant que l'occupant de la Maison Blanche est disposé au dialogue.

" S'il est remplacé par quelqu'un de plus flexible et d'esprit plus pratique, cela serait un feu vert, mais s'il reste, les pourparlers de dénucléarisation ne seront pas faciles ".

Derrière cette rhétorique toute diplomatique, l'objectif réel de Moon Jae-in sera de convaincre Donald Trump que le leader nord-coréen Kim Jong-un est déterminé à dénucléariser, mais qu'un geste de Washington permettra de dépasser le blocage du sommet de Hanoï.

France : Saad Lamjarred renvoyé en correctionnelle à Paris
En octobre 2016, Saad Lamjarred a été mis en examen à Paris pour "viol aggravé" et "violences volontaires aggravées" puis écroué. Mais le 12 avril, la plaignante a fait appel de cette requalification des faits pour tenter d'obtenir un procès aux assises.

Cette déconvenue soulève des questions quant à l'avenir du processus.

Le pari est risqué car les déclarations américaines depuis l'échec de Hanoï ne cessent de rappeler que les sanctions économiques votées contre la Corée du Nord depuis 2016 ne seront levées qu'une fois le processus de démantèlement aura concrètement commencé, avec des inspecteurs internationaux sur place pour vérifier son bon déroulement. Mais les Etats-Unis avaient considéré que Pyongyang exigeait de fait la disparition des principales sanctions sans proposer grand chose de précis en retour.

"Nous sommes prêts à faire un nouvel essai si les États-Unis proposent d'organiser un troisième sommet avec la bonne attitude et des conditions mutuellement acceptables", a déclaré Kim Jong Un lors d'un discours prononcé vendredi à Pyongyang devant l'Assemblée suprême du peuple, le Parlement nord-coréen, selon KCNA.

La Corée du Nord a elle aussi pris soin de ne pas critiquer personnellement le président américain, tout en déclarant le mois dernier que les sanctions représentaient " une action contre l'humanité visant à détruire la civilisation moderne et renvoyer la société à un âge des ténèbres moyenâgeux ".

Choe Ryong-hae, son successeur a dû se soumettre par le passé à une série d'exercices de "rééducation politique" et il a depuis regagné la confiance de Kim Jong-un comme en témoigne sa désignation en octobre 2017 à la tête du puissant comité central militaire du Parti des travailleurs de Corée.

Articles Liés

Commentaires