Tanitnews

EDF : fait un point sur l'EPR de Flamanville


Alors que le géant de l'électricité estime qu'elles peuvent rester en l'état, des experts de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) estiment qu'EDF doit engager des travaux pour plus de sécurité. Il a donc considéré qu'EDF devait réparer ces huit soudures pour les mettre en conformité, ou renoncer à la démarche d'exclusion de rupture les concernant en apportant des modifications au réacteur permettant de prendre en compte de telles ruptures dans sa démonstration de sûreté.

Sur la base de ces avis, l'ASN doit désormais prendre prochainement sa décision sur ce dossier sensible.

L'ASN a prévenu fin janvier qu'une éventuelle reprise de ces huit soudures se traduirait par un nouveau retard dans le démarrage de l'EPR de Flamanville et, début avril, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a déclaré que la mise en service du réacteur n'interviendrait probablement pas avant le début de l'année 2020.

EDF a retenu une "démarche d'exclusion de rupture " pour les tuyauteries de vapeur principales (VVP) des circuits secondaires principaux du réacteur EPR de Flamanville (Manche). EDF ne voulait pas réparer ces huit soudures et proposait de les "maintenir en l'état" en démontrant leur robustesse, sans les refaire complètement comme l'exigeait l'ASN.

Zverev au tapis, Paire facile — ATP-Marrakech
Paire s'est notamment montré plus performant au service avec 7 aces et 91 % de points derrière sa première balle. Il confirme un regain de forme bienvenue en ce début de saison sur terre battue.

"EDF poursuit ses échanges avec l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui se prononcera dans quelques semaines sur la suite donnée à l'instruction de ce dossier", a ajouté l'électricien. L'EPR, lancé en 2007, devait initialement démarrer en 2012 et coûter 3,5 milliards d'euros.

"Il faut qu'EDF regarde en détail les différentes options industrielles qui se présentent à lui et nous fasse des propositions". Le chantier a déjà pris sept ans de retard et son coût a déjà été multiplié par presque quatre. Premier indice d'une décision sans concessions, l'IRSN, le bras armé technique de l'ASN, a indiqué jeudi qu'EDF "devrait, plutôt que rechercher à justifier une acceptabilité en l'état, procéder à la remise en conformité des soudures concernées". Ces experts estiment que la confiance dans la qualité des soudures des tuyauteries de vapeur principales au niveau des traversées de la double enceinte de confinement n'atteint pas le haut niveau attendu.

Jeudi soir, EDF a reconnu que ce nouveau rebondissement pourrait avoir des répercussions sur "le calendrier de mise en service et le coût de construction".

Articles Liés

Commentaires