Tanitnews

"Le déclic c'est l'ouverture du score" — Jean-Louis Gasset


Au lendemain de la défaite de l'Olympique Lyonnais à Nantes (2-1), l'AS Saint-Etienne n'a pas manqué l'occasion de dominer Bordeaux (3-0), ce dimanche dans son Chaudron.

"Oui je crois. Nous avons construit notre victoire".

LOSC-PSG : ça a chauffé entre Nasser al-Khelaïfi et Luis Campos
Captée à la mi-temps, alors que le score n'est que de 1-1, on voit les joueurs parisiens rejoindre leur vestiaire en colère. Il n'y a pas eu du spectacle que sur la pelouse du Stade Pierre Mauroy hier, entre Lille et le Paris Saint-Germain (5-1).

Les Stéphanois ont d'abord eu beaucoup de mal à se sortir du pressing intense exercé par les hommes de Paulo Sousa, mais ils ont attaqué la seconde période pied au plancher pour trouver la faille.

Quatrième avec 53 points, soit deux de plus que l'Olympique de Marseille (5e), la formation de Jean-Louis-Gasset revient à trois longueurs des Gones (3es) et se prend à rêver d'une qualification en Ligue des Champions. En effet, passé par l'AS Saint-Etienne entre 2012 et 2014, Brandao garde un très bon souvenir de son passage dans le Forez. Le déclic, bien sûr, comme toujours, c'est l'ouverture du score. La VAR confirme le pénalty et Wahbi Khazri sanctionne et transforme. 1-0. Et le résultat est là. Je retiens l'état d'esprit de mes joueurs. J'ai vu Mathieu Debuchy souffrir, je commençais à calculer comment on allait devoir jouer sans lui. "On fait ce métier pour travailler avec des gens comme cela".

Articles Liés

Commentaires