Tanitnews

Algérie : démission du président du Conseil constitutionnel, Taïeb Belaiz


Kamel Fenniche, membre du conseil constitutionnel depuis 2016, élu par le conseil d'Etat dont il était vice-président, a été désigné à la tête de cette haute institution en remplacement de Tayeb Belaïz.

C'était un fidèle du président Abdelaziz Bouteflika. Son départ a été revendiqué à cor et à cri par les milliers d'Algériens qui n'ont cessé de scander, ces dernières semaines, la révocation des "trois B", à savoir Belaïz, Bedoui et Bensalah.

Aucune information n'a été fournie sur le nouveau président du Conseil constitutionnel qui demeure un illustre inconnu.

Game of Thrones saison 8 : Le Season premiere vu de Twitter
Après Game of Thrones (17% des virus), ce sont les séries The Walking Dead et Arrow qui contiennent le plus de malwares. Ainsi, il semble bien que HBO a réussi à obtenir plus d'un million de fans en plus par rapport à la saison précédente.

Et d'un! Tayeb Belaïz a démissionné, hier, de la tête du Conseil constitutionnel. Valider le dossier d'un candidat incapable d'assumer la fonction présidentielle, déposé de surcroît par un tiers, est, en effet, une flagrante violation de la loi fondamentale. Cette solution se heurtait, selon les informations qui circulaient, au refus de Belaïz de céder sa place. Un signe des plus forts du fait que lors de ses derniers discours, le général de corps d'armée insistait sur la transition actuelle et l'application de l'article 102 de la Constitution. Il décide de tout arrêter et de démissionner sous la pression de la rue, qui ne jure que par son départ.

Il se trouve que le successeur de Tayeb Belaïz - qui pourrait devenir chef d'Etat si Abdelkader Bensalah décidait lui aussi de jeter l'éponge - a un passé controversé qui risque de focaliser sur lui l'opprobre d'une partie de l'opinion publique. Bensalah, qui a pris, contre son gré, l'intérim de la présidence de l'État, n'était absolument pas opposé à une démission.

Articles Liés

Commentaires