Tanitnews

Monsanto aurait fiché des centaines de personnalités — Glyphosate


Journalistes, politiques et scientifiques: le groupe américain Monsanto aurait secrètement fiché 'des centaines de personnalités' en France en fonction de leur position sur les pesticides.

Les journalistes de France 2 ont eu entre les mains des documents confidentiels, qui portent la signature d'agences de communication qui travaillent pour Monsanto.

Désherbant le plus utilisé au monde, le glyphosate est classé 'cancérigène probable' depuis 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il est commercialisé sous diverses marques, notamment le Roundup.

Le directeur général de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) Roger Genet, qui figurerait également dans ces fichiers, estime qu'il s'agit d'une "pratique scandaleuse", a-t-on appris auprès de l'Anses.

Mais une deuxième agence de communication, Fleishman Hillard 'aurait quant à elle utilisé en 2016 un autre fichier', rassemblant notamment les adresses privées ou encore les numéros de téléphone sur liste rouge de 200 personnalités.

Aulas dévoile la règle du futur mercato de Lyon — OL
Il arrive dans un football très complexe et dans le club sans doute le plus complexe à gérer". Cette année, si on se qualifie, on n'en vendra qu'un seul.

Ces dernières ont été "évaluées sur plusieurs thématiques, des OGM aux pesticides avec des notes de 0 à 5 en fonction de la crédibilité, l'influence et le degré de soutien à Monsanto", affirme le reportage.

Dans un autre document, un tableau cible 74 'cibles prioritaires' divisées en quatre groupes: les 'alliés', les 'potentiels alliés à recruter', les personnalités 'à éduquer' et celles 'à surveiller'. Sur la base de cette liste, ils ont établi un plan d'action personnalisé. Ils sont pour la plupart considérés comme "à éduquer". "On voit qu'il y a un outil informatique très sophistiqué et qu'il y a beaucoup d'informations", a poursuivi Mme Royal, qui était favorable à une interdiction du glyphosate. "Au lieu uniquement de se scandaliser, il faut rebondir sur cette révélation pour nettoyer ce système de lobbying", a prôné sur France Info l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007, préférant "une démarche institutionnelle" plutôt qu'une plainte personnelle.

Comme l'a indiqué le journal sur son site, une porte-parole du Parisien/Aujourd'hui a précisé que le média, dont trois journalistes auraient ainsi été fichés, allait saisir la CNIL, l'agence publique de protection des données, et que le média se réservait la possibilité, avec les journalistes en question, d'engager une procédure judiciaire.

Sollicités par Le Monde, Fleishman-Hillard et Bayer (désormais propriétaire de Monsanto), ont répondu ne pas être en mesure de commenter ces informations car ils ne pourraient identifier concrètement le document, et disent n'avoir connaissance d'"aucun agissement non conforme qui serait le fait de nos collaborateurs".

Lamberts en a été averti par le quotidien Le Monde qui, avec la chaîne France 2, révèle l'existence de ce fichage. Radio France indique qu'elle "prépare aux côtés de ses journalistes une action en justice afin qu'une enquête détermine clairement toutes les responsabilités".

Articles Liés

Commentaires