Tanitnews

Otages au Sahel : les internautes rendent hommage au guide béninois assassiné


Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin.

Lors de leur arrivée sur le sol français, ce samedi à 18h, les deux ex-otages français accueillis sobrement par Emmanuel Macron, ont tenu à rendre hommage à cet homme qui leur a fait découvrir le Bénin. Il n'aura pas d'hommage, pas d'émission spéciale. "Qu'il ait au moins ici sa photo", a écrit un internaute sur le réseau social.

Des messages auxquels le gouvernement béninois a répondu. "Pas se plaindre. Simplement expliquer, au service du droit de chacun à se construire sa propre opinion, avec nuance et équilibre, sur une base éclairée", témoigne Laurent Deutsch, qui a travaillé pour l'ONG belge " Iles de Paix ", qui a collaboré avec Fiacre Gbédji, dans La Libre. Le quotidien a en effet affirmé que "beaucoup de jeunes Belges et leurs professeurs le connaissaient".

Commutateur de colonne de direction Kostal
C’est la colonne de direction en-dessous du volant qui assure la bonne manœuvrabilité de la voiture. Un système de direction est bien plus complexe, et les automobilistes doivent en être informés.

Le frère de Fiacre Gbédji, Alexandre, a raconté à l'AFP avec quelle passion son frère faisait découvrir son pays, expliquant que leur maison familiale, à Natitingou (nord du Bénin), "a vu défiler des centaines de touristes".

"Fiacre va beaucoup nous manquer, c'est l'un des meilleurs guides que nous avions", a également confié le directeur du complexe touristique de la Pendjari où le drame a eu lieu, James Terjanian. Il avait 29 ans et était père de 5 enfants.

Grégoire Gbédji-Oba alias "Fiacre" était guide dans le parc de la Pendjari, ainsi que secrétaire général de l'Association nationale des guides de tourisme au Bénin. Selon un de ses proches amis, il donnait lui-même régulièrement des cours aux enfants du centre et leur était très "dévoué". L'identification de son corps, très abîmé, avait mis plusieurs jours.

Articles Liés

Commentaires