Tanitnews

Trump conseille à Pékin de ne pas "répliquer" aux tarifs douaniers américains


Fidèle à son image de personnage politique complètement imprévisible, il n'a pas hésité à passer à l'acte, en mettant à exécution ses vieilles menaces de sévir contre les gros appétits chinois à l'exportation, ordonnant ainsi à son administration de déclencher, sans plus attendre, le processus d'augmentation des droits de douane sur quasiment tout ce qui n'est pas encore déjà fortement taxé parmi les importations américaines en provenance de Chine.

Les Etats-Unis avaient augmenté vendredi de 10 % à 25 % les droits de douane punitifs sur des marchandises chinoises représentant 200 milliards de dollars d'importations annuelles.

Escalade dans la guerre commerciale Pékin-Washington: la Chine a annoncé lundi qu'elle allait augmenter ses droits de douane sur des produits américains représentant 60 milliards de dollars d'importations annuelles, en représailles aux mesures de Donald Trump.

Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre à Beijing, en China, le 9 novembre 2017.

Ce nouveau programme d'aide viendrait s'ajouter à celui déjà mis en oeuvre l'an dernier, et qui s'élevait à 12 milliards de dollars.

Les contrats à terme sur les trois indices avaient creusé leurs pertes avant l'ouverture après l'annonce par le ministère des Finances chinois de l'entrée en vigueur le 1er juin de droits de douane de 5% à 25% sur 60 milliards de dollars (53,4 milliards d'euros) de produits américains à compter du 1er juin. "Vous aviez un formidable accord, presque bouclé, et vous avez fait machine arrière!", a-t-il poursuivi à propos des négociations commerciales. Une procédure en vue d'augmenter des tarifs douaniers sur la quasi-totalité des produits chinois devait par ailleurs être lancée lundi.

Fort Boyard : le tournage retardé à cause d’une tempête
Patrice Laffont , qui était de la partie pour le tournage, a également dû faire demi-tour à cause des fortes intempéries. Le Fort a déjà été frappé par deux tempêtes ces dernières semaines, ajoute Eric Buron , le directeur de la production.

En vain. "La Chine ne cèdera jamais à aucune pression extérieure".

"La Chine espère que les États-Unis retourneront sur la bonne voie des consultations économiques et commerciales bilatérales". "Nous avons la confiance et la capacité nécessaires pour défendre nos droits légitimes", avait déclaré un porte-parole du ministère en réponse à une question sur la menace de Donald Trump. La Chine pourrait par exemple cesser d'acheter des produits agricoles et réduire ses commandes d'avions Boeing, a indiqué sur Twitter Hu Xijin, l'influent rédacteur en chef du quotidien " Global Times ". Mais Pékin peut utiliser d'autres armes. "Ils s'infligeront beaucoup de dégâts à eux-mêmes, et ce sera difficile à tenir sur le long terme".

Dans un document posté sur le site internet de l'OMC, elle a demandé une réforme de l'institution pour qu'elle puisse résister aux pressions de Washington.

Le négociateur chinois, le vice-Premier ministre Liu He, avait toutefois déclaré vendredi que les discussions avec les Etats-Unis se poursuivraient à Pékin, sans avancer de date. De leur côté, les experts du Fonds monétaire international (FMI) n'ont cessé ces derniers mois de tirer la sonnette d'alarme sur les effets néfastes que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine pourraient produire sur l'économie de la planète si elles venaient à perdurer.

Le regain de tensions commerciales affectait durement lundi la Bourse de New York.

Articles Liés

Commentaires