Tanitnews

Lancement de l'" Appel de Christchurch " contre le terrorisme en ligne


Les images s'étaient très rapidement répandues sur internet. Facebook Live, qui employait jusque-là une politique de sanctions progressives, prévoit de mettre en place une stratégie dite de "première infraction": si un usager enfreint les règles "les plus sensibles" de la plateforme, explique Facebook, il se verra interdire l'utilisation du service pour une période donnée dès la première violation.

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a estimé qu'il s'agissait d'un "bon premier pas". "L'attentat terroriste du 15 mars a mis en lumière la façon dont la diffusion en direct d'images en streaming peut être mal utilisée pour propager de la haine".

"Jusqu'à aujourd'hui, si des personnes publiaient du contenu contraire à nos standards de la communauté, sur Facebook Live ou ailleurs sur notre plateforme, nous supprimions leurs contenus", a écrit Guy Rosen, un haut responsable du groupe sur un blog.

"Et, dans certains cas, nous les excluions de notre plateforme, en raison de violations mineures répétées ou, dans des cas plus rares, en raison d'une unique violation flagrante (comme par exemple l'utilisation d'une image de propagande terroriste comme photo de profil ou le partage d'images d'exploitation infantile)", a-t-il rappelé.

Man City : Mahrez a changé d'avis sur son avenir
Je savais que ça n'allait pas être évident durant ma première année, mais je suis confiant (pour l'avenir, ndlr)". Et d'ajouter: "Ce n'est pas simple d'arriver dans une équipe comme celle-là.

Ces annonces coïncident avec le lancement mercredi à Paris d'un "appel de Christchurch" contre l'extrémisme en ligne, par le président français Emmanuel Macron et Jacinda Ardern, la première ministre néo-zélandaise, en présence d'autres dirigeants, chefs d'Etat et patrons du numérique.

"Nous prévoyons d'étendre ces restrictions à d'autres domaines au cours des prochaines semaines, en commençant par le fait d'empêcher ces personnes de créer des publicités sur Facebook", précise Guy Rosen.

Facebook prévoit en outre des partenariats avec les universités américaines du Maryland, de Cornell et de Berkeley afin d'améliorer la détection de manipulation de contenus et d'empêcher la prolifération de variations d'une même vidéo ayant fait l'objet d'une mesure de retrait.

Mercredi, aura lieu l'ouverture de la deuxième édition du Sommet Tech for Good, initiée par Emmanuel Macron en 2018, regroupera plus de 80 dirigeants de grandes entreprises, startups et acteurs de l'écosystème numérique mondial afin d'"échanger sur la contribution de la technologie en faveur du bien commun et la lutte collective contre les menaces numériques ".

Articles Liés

Commentaires