Tanitnews

"Une confrontation féconde" entre Merkel et Macron


Elle estime ainsi que Paris et Berlin, sur les "questions cruciales", sont "sur des longueurs d'onde tout à fait similaires" et relève des "progrès considérables" en matière de politique européenne de Défense. De son côté, Emmanuel Macron a confessé une " confrontation féconde ". Dans une interview à la presse allemande ce matin, la chancelière Angela Merkel reconnait avoir des confrontations avec le président Emmanuel Macron, évoquant des "différences de mentalités" dans leur "compréhension des rôles".

La chancelière se réjouit ainsi de la décision commune de "développer un avion de combat et un char".

Les deux dirigeants, qui soutiennent des camps différents aux européennes, ont également signé en janvier le traité d'Aix-la-Chapelle sur la coopération et l'intégration franco-allemandes, 53 ans après le traité de l'Elysée conclu par le Général de Gaulle et Konrad Adenauer.

Il n'empêche que les désaccords entre eux se sont multipliés ces derniers mois, du gel de ventes d'armes à l'Arabie Saoudite décidé par l'Allemagne après la mort du journaliste Jamal Khashoggi, au devenir de l'Union européenne, en passant par le Brexit et les reports accordés au Royaume-Uni.

Un documentaire sur Michael Schumacher sortira en fin d'année
L'année 2019 a marqué les 50 ans de Michael Schumacher , en janvier, mais aussi les 25 ans de son premier titre, avec Benetton. Un an après s'être retiré de la compétition en 2012, Schumacher a été victime d'un accident de ski à Méribel, en France.

Notant que les relations au sein du couple franco-allemand n'ont "jamais été un long fleuve tranquille" mais ont été "dans la continuité extrêmement positi (ves), ce qui entraîne l'Europe", il a qualifié d'"assez étranges" les rapports entre Angela Merkel et Emmanuel Macron. La chancelière souligne ainsi que lors du discours sur la Sorbonne d'Emmanuel Macron, consacré en septembre 2017 à la relance de l'Europe, elle venait tout juste de passer le cap des élections au Bundestag et négociait une nouvelle coalition. "Si on ne joue la carte de l'Allemagne, les choses se passeront mal pour l'Europe", a dit l'ancien ministre du Budget, en notant qu'"on n'avance pas sur beaucoup de dossiers" comme sur la convergence de la fiscalité. En tant que telle, je suis bien plus dépendante de notre Parlement que ne l'est le président français, qui n'est même pas autorisé à mettre un pied dans l'Assemblée nationale de son pays.

" Dans une relation, en particulier celle de la France et de l'Allemagne, quelles sont les options? C'est à dire: on propose, on teste le partenaire et on essaie ensemble de trouver un compromis ", a-t-il poursuivi.

Elle a aussi permis que l'Allemagne rejoigne le " plan ambitieux sur le climat " proposé par neuf pays, dont la France et les Pays-Bas au sommet européen informel de Sibiu (Roumanie) la semaine dernière. "Nous devons accepter des désaccords momentanés, de ne pas totalement être d'accord sur tout, pour construire un compromis avec l'Allemagne pour pouvoir avancer", a fait valoir Emmanuel Macron.

Articles Liés

Commentaires