Tanitnews

Rassemblement devant le CHU contre l'arrêt programmé des traitements — Vincent Lambert


Cette affaire semble s'approcher de son épilogue, car le corps médical a annoncé que ce lundi 20 mai prendront fin les traitements de ce patient tétraplégique en état végétatif, ou en état dit "de conscience minimale" ou "pauci-relationnel", au cœur d'une éprouvante bataille juridique depuis une dizaine d'années.

"Ô Eternel, ne leur pardonne pas car ils savent ce qu'ils font", "Je suis Vincent Lambert", pouvait-on lire sur les pancartes de ce rassemblement à l'appel des parents de Vincent Lambert, Pierre, 90 ans, et Viviane, 73 ans, fervents catholiques, avec l'association "Je soutiens Vincent".

À trois jours de l'arrêt des soins, les opposants à l'euthanasie et la partie des proches de Vincent Lambert contre l'arrêt des soins tentent le tout pour le tout. Les experts qui se sont succédé à son chevet ont constaté sont état végétatif irréversible mais si, selon ses proches, cet infirmier avait clairement indiqué qu'il ne souhaitait pas d'acharnement thérapeutique, il n' avait laissé aucune consigne écrite.

Dans un communiqué de presse publié le samedi 18 mai, le groupe bioéthique de la Conférence des évêques de France appelle à la protection des plus fragiles et à la réflexion autour du cas de Vincent Lambert.

Les parents de Vincent, accompagné de son frère, David Philippon, également opposé à l'arrêt des soins, sont arrivés sous la pluie et sous les applaudissements, rompant le silence qui régnait auparavant.

L'équipe du docteur Sanchez qui dirige le service des soins palliatifs et l'unité "cérébrolésés" de l'hôpital Sébastopol de Reims (Marne) avait plaidé vendredi 10 mai en faveur de l'arrêt des soins de Vincent Lambert, victime d'un accident de la route en 2008.

" Je brûle la France " : "Après " Pendez les blancs ", Nick Conrad récidive
Dans une chanson intitulée Doux pays , il se livre à des propos obscènes contre la France. Elle aime quand on se tue, quand il y a du sang à l'aéroport.

Le Comité des personnes handicapées de l'ONU (CDPH) a aussi demandé, à deux reprises, à la France de suspendre la décision dans l'attente de l'examen sur le fond du dossier.

La France répète que ces mesures conservatoires "sont dépourvues de caractère contraignant" et met en avant le "droit du patient à ne pas subir d'obstination déraisonnable". François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes, a également demandé qu'on "se laisse le temps".

"Vincent Lambert doit être hospitalisé dans une clinique propre à recevoir des patients comme lui", estime Bruno, 63 ans, médecin neurologue à Lille et Paris.

Samedi, les avocats des parents ont aussi imploré Emmanuel Macron de faire maintenir les traitements dans une lettre ouverte, qualifiant la mort programmée du patient de "crime d'Etat commis au prix d'un coup de force contre l'Etat de droit". Mais son épouse et son neveu affirment qu'il avait pris position contre tout acharnement thérapeutique.

Ce dimanche dans le diocèse de Reims, une prière pour Vincent Lambert sera proposée lors des messes.

" Vincent est enfermé à clef dans le couloir de la mort", a lancé à la presse devant les grilles fermées de l'hôpital Sébastopol Mme Lambert, convaincue que son fils " n'est pas en fin de vie, qu'il n'est pas sous obstination déraisonnable.

Articles Liés

Commentaires