Tanitnews

Au moins 95 habitants tués dans un village dogon — Mali


Dans la nuit du dimanche 09 au lundi 10 juin 2019 un groupe d'hommes armés non identifiés a attaqué le village de Sobanou.

Elles ont culminé le 23 mars avec le massacre à Ogossagou, près de la frontière burkinabè, de quelque 160 villageois peuls par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons.

Depuis plusieurs années, les affrontements entre Peuls et Dogons sont monnaie courante dans le centre du Mali, où ces deux ethnies créent des "groupes d'autodéfense".

Le gouvernement de la République du Mali informe l'opinion nationale et internationale qu " une tragique attaque armée a été perpétrée ce lundi, vers 3 heures du matin, dans le village de Sobame Da, dans la commune de Sangha, dans la région de Mopti.

Justice / Mahieddine Tahkout placé sous mandat de dépôt
Il est accusé d'avoir obtenu des " privilèges indus " de la part de cadres de ces administrations. Il n'a pas été possible de savoir dans l'immédiat sur quels faits MM.

Le village a " quasiment été rasé ", selon une source sécuritaire malienne. Les assaillants étaient venus pour " tirer, piller et brûler", a estimé un élu local, en évoquant des " corps calcinés ". "Toute personne qui tentait de fuir était abattue".

" Certains ont été égorgés et éventrés, des greniers et du bétail ont été brûlés". Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, recommande qu'elle ne soit pas réduite, malgré les appels des Etats-Unis. Afin de les prévenir, il avait appelé le gouvernement malien à " s'attaquer aux mouvements extrémistes, aux tensions intercommunautaires, à la prolifération des armes légères et de petit calibre et à l'acquisition d'armes par des groupes d'autodéfense fondés sur l'appartenance ethnique ".

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, en grande partie dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit. Depuis 2015, des violences se sont propagées du nord au centre du Mali, voire parfois au sud. Elles se concentrent surtout dans le centre, se mêlant très souvent à des conflits intercommunautaires, un phénomène que connaissent également le Burkina Faso et le Niger voisins.

Articles Liés

Commentaires