Tanitnews

Justice / Mahieddine Tahkout placé sous mandat de dépôt


Ancien petit commerçant, Mahieddine Tahkout, 56 ans, a fait fortune en constituant une flotte de bus et en obtenant des marchés publics dans le secteur du transport universitaire et urbain. Il s'agit de plusieurs dossiers liés à l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout et qui concernent les avantages que lui a octroyés l'Agence nationale de développement et d'investissement (Andi) pour lancer ses investissements dans le domaine de l'industrie du montage automobile (SKD-CKD), les contrats qu'il a signés avec l'Etusa et l'Onou, mais également d'autres liés à des projets. Et depuis 2016, la Tahkout Manufacturing Company (TMC), autre filiale, assemble plusieurs modèles de la marque Hyundai dans son usine de Tiaret (200 km au sud-ouest d'Alger). "On lui reproche des faits de corruption et de blanchiment d'argent", a déclaré à l'AFP son avocat Me Khaled Bourayou.

Les chefs d'accusation regroupent "un condensé du code pénal et des lois anticorruption", s'est insurgé l'avocat, "on a puni 14.600 travailleurs, décapité toute une famille et tout un groupe".

Il est accusé d'avoir obtenu des "privilèges indus" de la part de cadres de ces administrations. A l'exception des deux ex-Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, ainsi que l'ancien ministre des Transports Boudjamâa Talaï, et l'ex-wali d'Alger, Abdelkader Zoukh (qui sont déjà déférés devant la Cour suprême dans le cadre de l'affaire Ali Haddad), qui ont quitté rapidement le tribunal, la majorité des personnes convoquées sont restées à l'intérieur et aucune nouvelle sur les décisions du juge n'était connue.

Rendez-vous au jardin avec les animaux ce weekend — Bastia
L'objectif affiché par ce rendez-vous annuel est de faire connaître le patrimoine " jardin " français et la place de la création dans ce domaine.

Il n'a pas été possible de savoir dans l'immédiat sur quels faits MM.

Selon les échos qui nous sont parvenus, conformés par des dizaines de commentaires diffusés sur les réseaux sociaux, le même climat de tension règne dans plusieurs régions du pays, où l'administration semble prise au dépourvu par l'annonce de l'incarcération du patron de l'Etusa.

Fin avril, ont également été incarcérés trois frères de la famille Kouninef, propriétaire du groupe KouGC, spécialisé notamment dans le génie civil, l'hydraulique et le BTP et également attributaire d'importants contrats publics.

Articles Liés

Commentaires