Tanitnews

12 enfants orphelins de familles jihadistes sont arrivés à Paris — Syrie


Un responsable kurde parlant sous couvert de l'anonymat a précisé que les orphelins français se trouvaient dans les camps d'al-Hol et Roj, et que les Néerlandais étaient hébergés dans celui d'Aïn Issa.

Les responsables kurdes ont remis "12 enfants français issus de familles de l'EI à une délégation du ministère français des Affaires étrangères", a déclaré Abdelkarim Omar, un haut responsable des Affaires étrangères de l'administration kurde.

Il s'agit d'"orphelins, isolés" ou "particulièrement vulnérables", "certains sont malades et dénutris", selon le ministère des Affaires étrangères.

Les autorités kurdes estiment qu'un autre groupe d'orphelins français pourrait être remis prochainement à la France.

Jusqu'à présent, la France a rapatrié de Syrie cinq orphelins le 15 mars et une fillette de 3 ans le 27 mars.

La remise des orphelins français s'est déroulée dans la localité d'Aïn Issa.

Fin mai 2019, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé qu'environ 450 ressortissants français affiliés au groupe terroriste Daech* étaient détenus par les Kurdes ou retenus dans des camps dans le nord-est de la Syrie. La semaine dernière, plusieurs femmes se sont évadées d'un camp du nord-est syrien.

Commutateur de colonne de direction Kostal
C’est la colonne de direction en-dessous du volant qui assure la bonne manœuvrabilité de la voiture. Un système de direction est bien plus complexe, et les automobilistes doivent en être informés.

Après avoir conquis l'ultime fief des jihadistes dans l'est syrien, au terme d'une offensive soutenue par une coalition internationale emmenée par Washington, les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont proclamé le 23 mars la défaite du "califat" de l'EI.

Pour désengorger le camp d'Al-Hol, elles avaient, début juin, laissé rentrer dans leurs foyers quelque 800 femmes et enfants syriens.

A ce sujet, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a réaffirmé la "position constante" de la France, qui étudie les situations "au cas par cas" et ne rapatrie que des orphelins ou des enfants avec l'accord de leur mère. Depuis plusieurs mois, elles réclament le rapatriement des femmes et des enfants de jihadistes étrangers.

En France, le Défenseur des droits s'était récemment inquiété des "traitements inhumains" subis par les enfants de djihadistes en Syrie, appelant le gouvernement à agir.

Pour ce qui est spécifiquement des enfants dont il est possible qu'ils soient rapatriés de Syrie, Mme Parly avait souligné la nécessité d'"établir d'abord la situation d'orphelin de ces enfants". "Ils sont Français, ils ont leur place en France".

Le magistrat décidera alors sur la capacité de ces derniers à accueillir ces enfants qu'ils rencontrent parfois pour la première fois. "Laisser ces enfants et leurs mères dans ces camps gangrenés par l'idéologie de Daesh participe de la fabrication des attentats de demain".

Articles Liés

Commentaires