Tanitnews

Le demi-frère assassiné de Kim Jong-un aurait eu un lien avec la CIA


Kim Jong-nam, le demi-frère du dictateur nord-coréen Kim Jong-un, a été assassiné en 2017.

Dans le livre The Great Successor, cette thèse était déjà soutenue par la journaliste du Washington Post Anna Fifield: "Kim Jong-nam est devenu un informateur de la CIA..."

Citant "une personne au courant du sujet", le quotidien affirme que Kim Jong Nam avait rencontré plusieurs fois des agents de la CIA. Selon la même source, l'ancien résidant de l'enclave chinoise de Macau aurait également eu un lien avec les services de sécurité chinois.

Selon une source anonyme " proche du dossier ", il y aurait un lien entre Kim Jong-Nam et la CIA, précise le Wall Street Journal, qui ajoute que de nombreux détails sur leur relation restent flous. La CIA, qui a lancé en 2017, un programme de suivi et de contrôle des missiles balistiques et des armes nucléaires nord-coréens, n'a pas souhaité commenter ces informations.

G20 Finances : les ministres des Finances redoutent les tensions commerciales
Même son de cloche chez Christine Lagarde , la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). L'aspect le plus important concerne les tensions commerciales et géopolitiques, qui se sont intensifiées.

" Plusieurs anciens responsables américains ont dit que le demi-frère, qui a vécu hors de Corée du Nord pendant de nombreuses années et qui n'avait aucune base connue à Pyongyang, ne serait probablement pas en mesure de fournir des détails sur le fonctionnement interne de ce pays secret", rapporte le journal.

L'Indonésienne Siti Aisyah et la Vietnamienne Doan Thi Huong sont accusées d'avoir tué Kim Jong-Nam en aspergeant son visage d'un agent neurotoxique, le VX, à l'aéroport de Kuala Lumpur en février 2017. Menacées de la peine de mort par la justice malaisienne, elles n'ont cessé d'affirmer avoir été recrutées pour participer à ce qu'elles croyaient être une "caméra cachée" et entraînées dans un complot fomenté par des agents nord-coréens.

Surnommé "Le petit général", Kim Jong-nam fut un temps pressenti comme l'héritier de la Corée du Nord. Mais un énorme faux pas monumental le condamna à un exil de fait, d'où il multiplia les critiques contre le régime de Pyongyang. C'est donc Kim Jong-un qui avait pris la tête de la Corée du Nord après la mort de leur père en 2011.

Articles Liés

Commentaires