Tanitnews

Les manifestants paralysent Hong Kong, report de l’examen d’un texte controversé


Des milliers de protestataires vêtus de noir, pour la plupart des jeunes gens, encerclaient les bâtiments du gouvernement dans le centre de l'île de Hong Kong et paralysaient la circulation pour exiger le retrait du projet soutenu par Pékin. Cela n'a pas impacté les autorités au sujet de leur projet de loi très controversé.

L'ampleur de la manifestation n'a cependant pas dissuadé la cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam, qui a réaffirmé lundi que le Conseil législatif (LegCo) -le "parlement" hongkongais dominé par les forces loyales à Pékin- examinerait comme prévu mercredi ce texte en deuxième lecture.

Plus d'une centaine d'entreprises et de commerces ont annoncé leur fermeture mercredi en signe de solidarité avec les opposants au texte.

Le gouvernement pro-Pékin de Hong Kong a refusé lundi d'enterrer un projet de loi controversé qui permettra les extraditions vers la Chine, en dépit d'une manifestation monstre contre ce texte la veille dans l'ex-colonie britannique.

Les changements en perspective sur la question des extraditions visent à simplifier les procédures permettant d'envoyer des suspects vers des pays ou territoires tiers comme la Chine continentale, Macao et Taiwan, en plus des 20 pays avec lesquels Hong Kong dispose déjà de conventions d'extradition.

"Sourde oreille" Le texte a suscité les critiques de pays occidentaux ainsi qu'une levée de boucliers de certains Hongkongais qui dénoncent une justice chinoise opaque et politisée.

Hong Kong a été rétrocédée à la Chine en 1997 mais avec des garanties sur son autonomie et les libertés, notamment celle de disposer d'un système judiciaire distinct.

La paire Mladenovic-Babos sacrée en double — Roland-Garros
Je n'arrive pas vraiment à réaliser pour être honnête, c'est dur de décrire". "Si vous me demandez avec qui et où je partagerais quelque chose, ce serait ce trophée avec elle".

Après sept heures de défilé, les organisateurs ont dit avoir comptabilisé 1,03 million de manifestants, du jamais vu depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997. Il considère que cette loi comblera un vide juridique et fera que la ville ne servira plus de refuge à certains criminels. Mais la cheffe de l'exécutif a dit ne pas projeter de modifier la substance du texte.

En 2014, les Hongkongais s'étaient massivement mobilisés pour réclament l'instauration du suffrage universel pour désigner le chef de l'exécutif.

Mais après des années de tensions politiques dans l'ex-colonie britannique, nombre de Hongkongais ne croient plus aux promesses de leur exécutif qui est aligné sur Pékin et se méfient des intentions du gouvernement chinois, en particulier sous Xi Jinping. Pékin n'avait rien lâché.

De leur côté, les Etats-Unis ont fait état de leurs inquiétudes pour l'environnement économique à Hong Kong et pour les Américains de passage ou installés sur place, qui seront "soumis au système judiciaire capricieux de la Chine".

Le dernier gouverneur britannique de Hong Kong, Chris Patten, avait par ailleurs estimé la semaine dernière que le projet controversé constituerait un "terrible revers" pour la réputation internationale de la ville.

"Malheureusement, certains habitants de Hong Kong ont été trompés par le camp de l'opposition et ses alliés étrangers pour soutenir la campagne contre l'extradition".

Articles Liés

Commentaires