Tanitnews

L'Iran lance un avertissement — Sanctions américaines


Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a appelé hier les pays européens à contribuer à ce que la situation des relations économiques avec l'Iran soit "normalisée", à la veille de la venue à Téhéran de son homologue allemand, Heiko Maas, ont rapporté des médias locaux. Il a affirmé que Washington tentait de renforcer la pression sur Téhéran "par désespoir" et a qualifié la guerre économique menée par les Etats-Unis de "terrorisme économique". "Nous voulons être sûrs qu'ils n'obtiennent pas l'arme nucléaire", avait alors abondé Emmanuel Macron, ajoutant toutefois que l'accord nucléaire signé à Vienne en 2015, décrié par Washington, permettait de parvenir à cet objectif. Cela " est très regrettable", a-t-il ajouté.

L'Union européenne a "envoyé son émissaire en Iran pour dire que +l'Europe ne peut pas mettre en oeuvre (l'accord nucléaire iranien) sans l'assentiment des Etats-Unis mais pour autant, elle ne peut pas accepter le refus de l'Iran de respecter certains de ses engagements+", fustige Javan.

"Il y a la guerre en Syrie et au Yémen, heureusement pas ici", a de son côté affirmé Heiko Maas.

Mais les deux hommes sont sortis visiblement crispés de ce que le responsable iranien a qualifié de "discussion sérieuse, franche et plutôt longue".

M. Maas était arrivé dans la nuit à Téhéran, dernière étape d'une tournée régionale de quatre jours l'ayant mené en Irak, en Jordanie et aux Émirats arabes unis.

La Reine des Neiges 2 : La nouvelle bande annonce
Longtemps nous avons pensé que les pouvoirs d'Elsa étaient trop puissants pour ce monde". Va vers le nord, traverse les terres enchantées ... "Mais sois prudente.

Aux termes de l'accord, l'Iran s'est engagé à ne jamais chercher à se doter de la bombe atomique et a accepté de réduire drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions économiques internationales qui asphyxiaient son économie. Moussavi, les pays européens, parties à l'accord (la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne), ont été "incapables d'agir selon leurs engagements".

Mais, face aux conséquences du retrait américain, l'Iran a menacé en mai de s'affranchir progressivement de ce pacte à moins que ses partenaires, en particulier européens, ne l'aident à contourner ces sanctions. M. Maas lui-même n'a pas apporté de solution concrète permettant de répondre aux exigences iraniennes. "Nous ne ferons pas de miracles", a-t-il dit, "mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter (que l'accord de Vienne ne se transforme en) échec".

"À Vienne, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a estimé que l'accord, bien que toujours respecté, était " sous tension " et confirmé que " le rythme de production " d'uranium enrichi par l'Iran était " en augmentation ".

"Il n'aura fallu qu'une semaine pour que les affirmations du président américain sur sa volonté de négocier avec l'Iran fassent la preuve de leur vacuité", a déclaré Abbas Moussavi dans un communiqué au lendemain de l'annonce par Washington de sanctions économiques contre la Persian Gulf Petrochemical Industries Company (PGPIC).

Articles Liés

Commentaires