Tanitnews

Urgences: le gouvernement débloque 70 millions d'euros de mesures immédiates - Autres


Agnès Buzyn a annoncé la réalisation d'un état des lieux, pour homogénéiser son utilisation, de la prime individuelle existante visant à reconnaitre l'exposition des personnels à des conditions de travail difficiles, voire dans certaines situations à des agressions verbales et mêmes physiques.

Une large part de ce montant (55 millions) sera consacrée à la généralisation et à la revalorisation d'une prime "de risque de 118 euros bruts (100 euros nets mensuels)" versée dès juillet. Un appel qui devrait être particulièrement suivi alors que le projet de loi de la ministre Agnès Buzyn "Ma Santé 2022 " est voté ce mardi 11 juin au Sénat. un projet qui doit " redonner un souffle nécessaire à notre système de santé".

Ces deux dernières semaines, le mouvement de grève a franchi un palier avec la recrudescence d'arrêts de travail pour échapper aux assignations: à Lons-le-Saunier, puis à Paris (Saint-Antoine, Lariboisière), des médecins et des infirmiers se sont faits porter pâles, poussant les autorités sanitaires à recourir aux réquisitions ou au volontariat des autres soignants. "Tous les professionnels des services d'urgences (hors médecins)", soit 30.000 personnes, pourront en bénéficier, a précisé le ministère. Enfin, le plafonnement des heures supplémentaires sera rehaussé, à 20 heures par mois.

"Le mouvement de grève est illimité, tant qu'on n'aura pas ce qu'on veut on n'arrêtera pas", a ajouté Candice Laparge du collectif Inter-Urgences.

La ministre a également annoncé un soutien financier non chiffré aux établissements confrontés "à un surcroît d'activité et à des afflux exceptionnels" et a confié au Conseil national de l'urgence hospitalière (CNUH) et au député LaRem Thomas Mesnier la tâche de rédiger une série de propositions afin d'"adapter nos urgences aux nouveaux besoins".

Le PSG va vendre Diaby à Leverkusen — Mercato
Diaby doit signer un contrat de cinq ans dans la Ruhr après avoir passé sa visite médicale ce vendredi. Avec le PSG , il avait signé 4 buts et 7 passes décisives cette saison en 34 matches joués.

Ce jour-là, Mme Buzyn, ministre de la santé et Christophe Castaner, ministre de l'intérieur doivent venir inaugurer le nouveau service des urgences.

Mais ces mesures - qualifiées de "vaste blague" par la CGT urgences à l'origine avec FO, SUD et CFE-CGC de l'appel à la journée de mobilisation et de grève nationale ce mardi - n'ont pas convaincu une profession qui, selon les mots de François Braun, président de Samu-Urgences de France, "ne respire plus".

De leur côté, les professionnels insistent sur les moyens, plus de moyens avec davantage d'effectifs, et de lits d'hospitalisation pour désengorger les services d'urgences.

Insuffisant pour Yannick Sobaniak, secrétaire de la CGT à l'Hôpital de Wattrelos.

Cette information a depuis été confirmée par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP): "Il a été demandé à une partie de l'équipe du service d'accueil des urgences de l'après-midi, sur la base du volontariat, de se mobiliser pour assurer la continuité des soins".

Articles Liés

Commentaires